Le mot dragonnier : mon positionnement



L'utilisation des mots est une responsabilité ; un mot peut enfermer et classifier alors qu'on voudrait ouvrir et libérer. Je vous partage mon point de vue au sujet d'un mot que je n'utilise pas ou plus : le mot 'dragonnier'. Bien entendu libre à chacun de l'utiliser, mais pour moi ce mot est réducteur et tendancieux.

Il est marqué par des conditionnements et de ce fait il contient des limitations.

Dans l'inconscient collectif, le mot dragonnier mobilise toute la programmation relative au genre de la fantasy, que l'on appelle aussi épopée fantastique ou médiéval fantastique ou merveilleux héroïque ou encore 'heroic fantasy', genre considéré à mi-chemin entre le fantastique et la science-fiction .


Même si je suis fan de ce genre littéraire et artistique, et qu'on y trouve des clés intéressantes comme partout ailleurs, mon travail avec les Dragons ne s'inscrit absolument jamais dans ce cadre.


Ainsi, à mon sens, le mot 'dragonnier' est empreint de conditionnements liés à des fantasmes et des archétypes collectifs terrestres.


En effet, il est une référence induite à celui qui chevauche une créature légendaire, un dragon. Ce dernier étant réduit alors à un moyen, de voyager, d'accéder à des pouvoirs ; à être classé dans une hiérarchie qui met l'humain au-dessus de tout autre être ; à être dans une relation de subordination pour aider l'humain à accomplir sa quête (ou pire: dans une relation d'asservissement).

Les Dragons sont des Maitres, des Guides, des inspirateurs du Souffle Divin, qui nous invitent sur la voie de la reconnexion à soi, à sa force intérieure et à sa liberté d'être pleine et entière.


Pour voyager et vivre des expériences avec un dragon, il n'est absolument pas nécessaire de se dire dragonnier, ni de monter sur son dos (et cela n'est d'ailleurs pas indiqué si le dragon ne vous le propose pas).

Pour faire une comparaison saugrenue, vous voyez vous conquérir ou monter sur le dos d'un archange, d'un de vos guides, d'un céleste ou d'un galactique ?

Je me souviens d'une séance avec une adorable personne, un travailleur de lumière proposant des soins énergétiques avec les symboles sacrés et les minéraux, qui sentait le moment venu pour lui de travailler avec l'énergie des dragons.


Or, dès le début de la séance, je ressens une très vive contrariété chez le dragon qui souhaite le guider en ce sens. La personne ressent sa présence, sans capter son essence. Il y a une forte énergie d'incompréhension.

Le dragon m'informe alors qu'il y a une énorme et très inconvenante méprise sur le rôle que la personne attribue aux dragons.


Je demande à mon client 'qu'est ce qu'un dragon pour toi ?' et il me répond : 'c'est un véhicule, un moyen pour accéder à certaines configurations et possibilités'.

Evidemment on a mis là le doigt sur ce qui bloquait la communication et la relation entre lui et le dragon : la manière dont il conçoit les dragons est erronée. Il se disait dragonnier et tout était figé en lui.


C'était une séance vraiment chouette car non seulement à la fin de celle ci la connexion a été rétablie entre le dragon et la personne, et de plus elle a pu enfin recevoir les informations importantes concernant son développement professionnel.


Ce sont parfois de simples mots, par lesquels on se définit, qui nous maintiennent dans des classifications et des limitations.

Lâcher et laisser certains mots peut contribuer à sortir de cadres enfermant et à se donner plus de libertés et d'ouvertures dans les champs des possibles. (illustration Judash 137) Pour commander votre guidance, faire une séance en direct, un soin énergétique personnel, un nettoyage de lieux ou un atelier avec les Dragons c’est ici : https://www.ledragondecristal.com/mes-services

Posts Récents